burger-icon

Misez sur l’éclairage surtout l’hiver

Des accessoires sont obligatoires à vélo. C’est le cas de l’éclairage. 
Cependant ils peuvent ne pas être suffisant surtout l’hiver lorsque la nuit tombe tôt et que le trafic est encore dense. Alors en ville, amis citadins, soyez visible !

Autant la loi impose un éclairage avant/arrière, autant elle n’impose pas une certaine puissance définie en lux (indice de surface) et en lumen (indice d’intensité).

Alors voici quelques conseils pratiques lorsque l’on veut renforcer sa sécurité ou que l’on constate que l’éclairage de son vélo date d’une autre époque ?

1 - Installer des feux fixes

Des accessoires sont obligatoires à vélo. C’est le cas de l’éclairage. 
Cependant ils peuvent ne pas être suffisant surtout l’hiver lorsque la nuit tombe tôt et que le trafic est encore dense. Alors en ville, amis citadins, soyez visible !

Autant la loi impose un éclairage avant/arrière, autant elle n’impose pas une certaine puissance définie en lux (indice de surface) et en lumen (indice d’intensité).

Alors voici quelques conseils pratiques lorsque l’on veut renforcer sa sécurité ou que l’on constate que l’éclairage de son vélo date d’une autre époque ?

2 - Privilégier des éléments clignotants pour attirer l'attention

Afin de signaler sa direction, il existe des feux clignotants connectés à utiliser avec une télécommande fixée sur le guidon. C’est idéal lorsqu’on circule hors des pistes cyclables dans un trafic dense. 

Certains casques intelligents offrent les mêmes fonctionnalités de clignotant. C’est le cas aussi de sacs à dos spécialement adaptés aux cyclistes urbains. Une flèche verte verticale renseigne ceux de derrière que vous allez tout droit ou une flèche rouge horizontale clignote quand vous souhaitez aller à droite ou à gauche.

 

Des éléments d’éclairage s’intègrent également dans les roues. Grâce à ce type d’éclairage, vous serez bien visible latéralement au niveau des intersections. Et son côté custom et fun n’est pas à négliger pour ceux qui ne souhaitent pas passer inaperçu.

Enfin, sachez que la loi autorise les feux clignotants vélo à l’arrière. Grâce aux flashs qu’ils émettent, ces derniers signalent plus “rapidement” la présence d’un cycliste. Ils permettent d’éviter de confondre un cycliste avec une lumière fixe située dans l’environnement. 

3 - Choisissez votre mode d'alimentation en fonction de votre pratique

USB, dynamo, pile : quelle alimentation pour son éclairage vélo selon votre pratique ? En ville : Optez pour des éclairages vélo alimentés par piles en privilégiant les piles rechargeables. Une solution plus écologique que les piles classiques.

En matière d’alimentation pour les éclairages vélo, la dynamo est quant à elle pour les vélos de ville, du bikepacking et de cyclotourisme, surtout si vous en faites un usage quotidien.

Avec une dynamo fixée continuellement à votre vélo, vous profiterez d’un éclairage constant, autonome et toujours disponible.

Les vélos électriques (VAE) sont déjà équipés de feux. Les feux avant se fixent généralement sur la fourche. Les lampes vélo arrière peuvent s’installer sur le porte-bagage ou le garde-boue.

Si vous travaillez dans un bureau, prenez des lumières vélo sans pile, qui se rechargent par USB.

Le bikepacking : Choisir un éclairage vélo pour les routes non éclairées.

Il existe des éclairages adaptés à la randonnée à vélo qui peuvent se fixer sur votre guidon, casque, fourche, porte-bagage et tige de selle. Certains modèles sont de véritables lampes torches et conviendront donc bien à la pratique du bivouac et camping vélo.

Le but de votre éclairage vélo est double. Il doit non seulement assurer votre visibilité auprès des voitures à l’avant, comme à l’arrière, et également éclairer la route. Il vous faudra des lumières vélo avec un indice haut de lux, le lux étant la mesure de l’éclairage sur une surface. Vous porterez aussi un magnifique gilet réfléchissant de signalisation.

Le gravel ou le VTT en pleine nature : Optez pour une puissance de 1 000 lumens. 

Utilisez des lampes frontales ou les lampes vélo à fixer sur votre casque à l’aide de sangle ou velcro. Attention à vos mouvements de tête si vous roulez en groupe avec ce type de lampe vélo. Vous risquez davantage d’éblouir vos camarades de route.